« Les Gardiennes » ont leur écrin

« Vous avez vu, c’est incroyable, hein ? Il y a deux jours encore, cette rue était en 2016. Aujourd’hui, on est en 1914. » Guy Trinquart et Pierre Gabillaud, conseillers municipaux, regardent les décorateurs s’affairer autour de ce qui sera une boutique de bazar bon marché dans le prochain film de Xavier Beauvois, Les Gardiennes. « Ils ont dissimulé les boîtes aux lettres. Ils ont repatiné certaines façades pour qu’elles aient l’air d’époque et dissimulé tous les fils électriques. » Pas de grands effets spéciaux, mais assez pour captiver les habitants de la commune, qui se demandent pourquoi les accès au centre du village sont fermés.

Le portail les pieds dans la boue

« Et là, encore, vous n’avez rien vu ! Allez voir du côté du portail. » Effectivement, à quelques dizaines de mètres de là, bitume et pavés ont disparu sous d’immenses bâches sur lesquelles une épaisse couche de terre est étendue par une entreprise qui suit le tournage au fil de ses pérégrinations.
Le monument le plus emblématique de Saint Benoît du Sault, son portail datant des XIVe et XVe siècles, a les pieds dans la boue. Autour de lui, tout ce qui se rapporte à notre époque a disparu. Les maisons n’ont plus de numéro. Une fois au milieu du décor, la sensation d’avoir réalisé un bond dans le passé est fantastique.
Lundi, le réalisateur va donc découvrir son terrain de jeu tel qu’il l’a souhaité, grâce au travail de cette douzaine de décorateurs d’exception. Les comédiens, dont Nathalie Baye, Laura Smet, Iris Bry et Olivier Rabourdin, ne seront présents qu’une journée, il ne fallait donc rien laisser au hasard.
« Ils vont tourner durant huit heures d’affilée, note Guy Trinquart. Ensuite, les décorateurs remettront les rues en l’état. » Ce travail-là risque de durer, vu tout ce qui a été fait pour vieillir Saint Benoît du Sault de 102 ans.
« Ça me rappelle presque ma jeunesse, lâche, au café du coin, un homme de 86 ans. J’espère simplement qu’il ne va pas pleuvoir lundi, car au pied du portail, il y a une belle descente, et si la boue coule, le film va tomber à l’eau ! » Mais que ce monsieur se rassure : Xavier Beauvois et son équipe ont regardé les prévisions météo : il fera beau.

Le film de Xavier Beauvois est tourné dans la Vienne, la Haute-Vienne et l’Indre.
Outre Saint Benoît du Sault, les équipes techniques ont passé plusieurs semaines à Bonneuil, l’été dernier, au lieu-dit Lôme, qui a servi d’écrin à ce qui sera à l’écran la maison de famille de l’héroïne, interprétée par Nathalie Baye.
L’équipe du film a prévu de revenir sur place aux alentours du 19 décembre pour une ultime mise au point. L’image de fin du long-métrage ?

à suivre…

christophe.gervais@nrco.fr

Source : lanouvellerepublique.fr – Publié le | Mis à jour le

Ce contenu a été publié dans Actualités, Revue de presse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.