Le collège, l’Europe et l’université

Des collégiens de Châteauroux, Argenton, Saint-Gaultier et Saint-Benoît vont participer à la quatrième édition du Programme d’Etudes Intégrées (PEI).

La quatrième édition du Programme d’Etudes Intégrées (PEI) a officiellement été lancée vendredi dans les locaux castelroussins de l’École Supérieure du Professorat et de l’Education (Espé). Pendant toute l’année scolaire, une quarantaine d’élèves de troisième des collèges Rosa Parks de Châteauroux, Jean Moulin de Saint-Gaultier, Rollinat d’Argenton et Hervé Faye de Saint-Benoît-du-Sault, vont plancher sur des thèmes liés à l’Europe. Les élèves et les professeurs participant sont tous volontaires. Ils ont donc eu l’occasion de découvrir les contours de l’opération en fin de semaine dernière.

Rappelons le principe du PEI : « Permettre la démocratisation de l’enseignement supérieur, en favorisant l’ambition chez les élèves », explique Gregory Doussot, nouveau principal du collège Rosa Parks de Châteauroux après avoir été celui du collège d’Éguzon. M. Doussot est coresponsable du programme, au côté de Pascal Bartout, directeur du Centre d’Etudes Supérieures. Un binôme motivé dont le mot d’ordre a été répété à la jeune assistance : au moment de choisir leur future formation universitaire, les collégiens qui seront bientôt des lycéens, avant de se métamorphoser en étudiants, « ne doivent pas se brider par méconnaissance ». Plus ils s’intéresseront tôt à leur cursus, mieux ce sera. Le PEI répond à cette exigence.

Des étudiants dans le rôle de tuteurs

La Sicile et l’Union européenne, l’Union européenne et les régions ultrapériphériques, la Suisse et l’Union européenne, du Gatt au Tafta, l’évolution des relations commerciales entre États-Unis et Europe, quelle place pour l’énergie nucléaire au sein de l’Union européenne ? Les sujets proposés n’ont rien de facile. Mais les précédents PEI ont systématiquement apporté de belles surprises. Motivés, les collégiens sont vraiment capables de s’approprier les thèmes les plus compliqués.
Divers rendez-vous sont programmés jusqu’à la date fatidique du 12 mai 2017 : les élèves et leurs professeurs effectueront alors la présentation de leurs recherches. Ils ne voyageront pas seuls puisqu’ils seront chapeautés par des étudiants actuellement en deuxième année au Centre d’Etudes Supérieures. Au travail !

Bruno Mascle

Source : lanouvellerepublique.fr 08/11/2016 05:41

Ce contenu a été publié dans Revue de presse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.